Emmanuelle Bunel Voix, guitare, setar, daf

Sargam Marie-Dit-Asse Oud, bouzouki, guitare, choeurs

Mathias Autexier Zarb, oudou, daf, rek, darbouka, cajon, setar, choeurs

Emmanuelle Bunel : Chant, guitare, setar, daf

Sargam Marie-Dit-Asse : Oud, guitare, bouzouki, choeurs

Mathias Autexier : Zarb, daf, rek, cajon, darbouka, choeurs

Fondé en 2018 par la chanteuse Emmanuelle Bunel, le Trio ÂMAN compose, arrange et se réapproprie les chants du bassin méditerranéen en parcourant ses différentes mélodies, ses rythmes, ses langues : français, espagnol, séfarade, italien, grec, turc, hébreu, arabe, portugais et bosniaque.

Dans ces mélodies parfois très anciennes émerge ce qui demeure au-delà des siècles et de l'Histoire, pour rendre hommage à cette poésie et à cette musique jaillies des tréfonds de la  "mer blanche du milieu".

Le répertoire du Trio ÂMAN puise dans les différentes traditions et entre en dialogue avec les univers musicaux et poétiques des trois musiciens, de leurs expériences personnelles, de leurs parcours particuliers : chant classique, jazz, voix parlée et improvisation pour Emmanuelle. Jazz, rock et musique indienne pour Sargam. Musique iranienne, arabe et occitane pour Mathias.

La poésie d'Anouar Benmalek, écrivain algérien contemporain, vient parfois se glisser au coeur de quelques chants...

« Traversées », le premier album du Trio ÂMAN est sorti en janvier 2020.





ÂMAN ?

Dans les chants de plusieurs pays de Méditerranée on retrouve l'interjection Aman qui exprime la passion, la souffrance et la compassion.

أمان, Aman est un mot turco-persan d'origine arabe qui signifie clémence, miséricorde, grâce, pitié, protection, sérénité, digne de confiance.

Amân est surtout utilisé au Moyen âge pour désigner la garantie donnée à un adversaire qui se soumet d'avoir la vie sauve, d'être pardonné.

C'est aussi un sauf-conduit accordé à un diplomate ou à un marchand qui veut traverser les territoires musulmans.

L'Amanes, la complainte, est un solo vocal improvisé, caractérisé par l'ornementation et la répétition de l'exclamation: Aman ! L'improvisation vocale alterne alors avec l'improvisation instrumentale, le taksim, selon les règles du système musical ottoman, le makam.

Dès le 17ème siècle la population ottomane (Musulmans, Chrétiens, Juifs...) se rassemble dans le Kafe aman, café-concert spécialisé en amanedes, pour manger, boire, fumer et se divertir. Les Kafe aman se propagent dans l'Empire Ottoman, notamment à Smyrne (Izmir) et Istanbul, à la fin du XIXe siècle, et en Grèce au début du XXe siècle. De nouveaux genres musicaux s'y développent, en particulier le rebetiko.

L'Amanes se perpétue jusqu'à présent et perdure dans la musique romani.

L'étymologie du vocable roumain manea/manele en laisse une trace encore visible.